Obtenir votre Coach

L’exercice physique et les hormones

Training hormones header CUT

Les résultats d’un entraînement régulier et ciblé peuvent être assez remarquables. En peu de temps, on peut parvenir à être plus mince, plus en forme et plus rapide. Cependant, il existe également de nombreux processus qui ont lieu à l’intérieur de notre corps lorsque nous nous entraînons. Les hormones et l’exercice physique ont une relation complexe mais fascinante, et Sarah Schunter, spécialiste de la santé, en explique ici les principes fondamentaux.

L’entraînement déclenche la libération d’hormones

Tandis que vos muscles sont sollicités pendant (mais aussi après) un exercice physique, une multitude d’hormones différentes sont libérées et influencent l’ensemble de votre corps. Celles-ci contrôlent des voies de régulation et processus métaboliques distincts, nécessaires à la production d’énergie, au développement musculaire et à la perte de graisse. Les principales hormones qui entrent en jeu dans la pratique d’une activité physique sont :

L’adrénaline et la noradrénaline

Ces deux hormones appartiennent au groupe des catécholamines et sont produites dans la médullosurrénale. Toute personne ayant vécu des situations stressantes sait exactement ce que l’on ressent lorsque de l’adrénaline est libérée par l’organisme : une fois dans le sang, la fréquence cardiaque et la pression artérielle augmentent. Ces hormones du stress, qui déclenchent la réponse dite de combat ou de fuite, sont une source d’énergie rapide puisqu’elles entraînent la dégradation des graisses (lipolyse) ainsi que la libération et la biosynthèse de glucose, offrant ainsi une augmentation de la glycémie. Cela permet donc d’alimenter les muscles en énergie au cours d’un exercice physique.

Le cortisol

Le cortisol est l’une des principales hormones stéroïdiennes. Il sert d’activateur pour les voies cataboliques afin que l’organisme ait accès à une grande quantité d’énergie, par exemple durant un effort physique. Le cortisol déclenche la production de glucose, agit sur le métabolisme lipidique en favorisant l’effet lipolytique de l’adrénaline et de la noradrénaline, et régule le renouvellement des protéines (effet catabolique).

Le taux de cortisol présent dans notre sang varie selon le moment de la journée. La valeur la plus élevée est atteinte le matin lorsque l’organisme est dépourvu d’énergie. Car, lorsque nous nous levons, notre corps s’active. Nous avons alors besoin d’énergie et, par conséquent, de glucose.

Les hormones du bonheur

Les hormones dites du bonheur sont souvent produites durant un exercice physique : la dopamine, la sérotonine, l’endorphine, l’enképhaline et les endocannabinoïdes contribuent toutes à la sensation de bien-être et d’ivresse en agissant comme des neurotransmetteurs dans notre cerveau. Elles sont libérées plus particulièrement pendant un entraînement d’endurance et la fameuse « euphorie du coureur » se produit généralement durant des courses de longue distance.

La testostérone

En plus de sa fonction d’hormone sexuelle masculine, la testostérone est également responsable du développement musculaire, du renforcement des os et de la fortification des cheveux. Selon l’âge, le niveau de forme physique et l’intensité de l’entraînement, le taux de testostérone augmente pendant 15 à 60 minutes après l’entraînement. Même si l’homme et la femme en produisent tous deux, elle est présente en plus grande quantité chez les hommes, ce qui explique pourquoi il leur est plus facile de gagner en masse musculaire.

Le peptide YY (PYY)

Cette hormone est composée de 36 acides aminés et est libérée par les cellules endocrines se trouvant dans la partie distale de l’intestin grêle. Le PYY est généralement libéré après le repas (sécrétion postprandiale) par les graisses. Cette hormone agit sur les régions du cerveau responsables de l’appétit et de la sensation de faim. Cela signifie que nous sommes moins affamés après un exercice physique et que nous nous sentons plus rapidement rassasiés après un repas. Selon des études, l’entraînement d’endurance permet d’augmenter significativement le taux de PYY.

Récapitulons :

Pour tirer le meilleur parti de vos séances d’exercice, il est important de comprendre comment votre programme d’entraînement peut influencer votre équilibre hormonal. Les systèmes nerveux et musculaires jouent visiblement un rôle majeur dans l’efficacité de votre entraînement, mais l’importance des hormones est bien souvent sous-estimée.