Obtenir votre Coach

Surmonter les excuses : pourquoi tout le monde peut pratiquer la course à pied

Surmonter les excuses : pourquoi tout le monde peut pratiquer la course à pied

Vous pensez que vous n'êtes génétiquement pas fait(e) pour pratiquer la course à pied ? Vous n'avez pas le temps ou vous craignez que cette discipline ne soit pas adaptée à votre objectif ou qu'elle interfère avec d'autres méthodes d'entraînement ? Il ne vous est jamais venu à l'esprit que tout cela n'était que des excuses ? Si vous voulez devenir un(e) coureur(euse), alors vous le deviendrez. C'est pourquoi nous sommes là pour vous aider à surmonter tous les obstacles et pour vous prouver que la seule chose qui vous retient, c'est vous-même.

Excuse n°1 : Je ne sais pas courir

Courir est un mouvement naturel pour l'homme, peut-être même le plus singulier de tous. Nous sommes des créatures bipèdes et, par conséquent, nous sommes faits pour courir. Ce n'est pas sans raison que les anthropologues et les professionnels de la santé appellent les êtres humains des « machines de course ». Près de 70 % de nos muscles sont sollicités lorsque l'on court, ce qui n'est possible avec aucun autre enchaînement de mouvements. Alors que nos ancêtres avaient l'habitude de courir sur des kilomètres, la plupart d'entre nous passons nos journées assis à nos bureaux. Il est désormais temps de remédier à cette situation et de revenir aux sources.

Excuse n°2 : Je n'ai pas le temps

Une semaine comprend 168 heures. En comptant le temps passé à dormir et à travailler, soit deux fois huit heures par jour, il vous reste encore 64 heures pour effectuer d'autres activités. Un entraînement de 30 minutes ne vous prend que 2 % de votre journée. Cela semble être un bon investissement. Si vous planifiez votre semaine à l'avance, intégrer votre entraînement dans votre emploi du temps trois à quatre fois par semaine ne posera aucun problème, d'autant plus que les workouts les plus courts de Freeletics Running ne dépassent pas 20 minutes. Essayez d'en effectuer un après le travail et évitez ainsi les embouteillages habituels pour rentrer chez vous. Si vous le pouvez, utilisez votre pause déjeuner pour aller courir et mangez ensuite un repas que vous aurez préparé à l'avance. Ou levez-vous un peu plus tôt et parcourez quelques kilomètres de bon matin.

Excuse n°3 : Je vais perdre ma masse musculaire

La course à pied n'est-elle pas contre-productive si l'on souhaite se muscler ? Tout dépend du type de fibres musculaires travaillé et donc de l'intensité et de la durée de l'effort. Par exemple, les sprints stimulent le développement musculaire. En effet, les mouvements explosifs effectués à un niveau de performance maximal favorisent la libération des hormones de croissance et exigent beaucoup d'efforts de la part des fibres musculaires dites « blanches », augmentant ainsi le volume des muscles. Même si les courses d'endurance de plus de 5 km sollicitent pour leur part les fibres musculaires « rouges », cela n'entraînera pas une grande perte de muscle si votre organisme dispose de suffisamment de sources d'énergie alternatives. Le facteur le plus important en matière de développement musculaire consiste à toujours avoir une alimentation équilibrée et riche en nutriments essentiels. De plus, la forme physique et les performances sportives globales ne sont-elles pas plus importantes que quelques kilos de masse musculaire supplémentaires ? C'est en tout cas ce que nous pensons.

Excuse n°4 : C'est dangereux

Courir régulièrement ne risque-t-il pas d'endommager les articulations ? En réalité, ce n'est pas la course à pied qui risque de les endommager. Car même les articulations ont besoin d’entraînement pour être en forme et se renforcer. Ainsi, s’entraîner régulièrement est le seul moyen d'apprendre à vos articulations à produire davantage de liquide synovial et d'améliorer votre circulation sanguine. Alors, si vous avez déjà souffert de douleurs articulaires par le passé, inutile de vous inquiéter des dommages provoqués par un entraînement de course à pied. Assurez-vous simplement de vous ménager dans les premiers temps et de faire particulièrement attention à vos mouvements et à votre technique ; plus les mouvements vous semblent naturels, mieux c'est.