Le témoignage de Vanessa

template header 191

Tous les Athlètes Libres connaissent Vanessa. Son profil va à l’encontre de tous les stéréotypes. Ses scores se placent en tête de classement et elle motive chaque jour des millions d’athlètes dans le monde entier. Pourquoi ? Parce qu’elle impose ses propres règles. Elle sait ce qu’elle veut et se démène pour atteindre ses objectifs. C’est ce qui fait d’elle une inspiration et une véritable Athlète Libre. Vanessa nous raconte les dessous de son succès, ses motivations et ses projets à venir.

Bonjour Vanessa, pour ceux qui ne vous connaissent pas très bien, pouvez-vous nous dire depuis combien de temps vous avez rejoint Freeletics ?

“Bonjour ! Tous ceux qui ont l’application me connaissent sûrement car je dois apparaître assez souvent sur leurs fils d’actualité ! J’ai rejoint Freeletics aux tous débuts, et j’ai bien l’intention de continuer jusqu’à la fin.”

Vous êtes l’une des toutes premières athlètes : qu’est-ce qui vous a motivé au début ?

“J’ai toujours été motivée par les gens avec qui je m’entraînais. Je n’ai pas toujours eu la forme que je tiens maintenant, et j’avais besoin d’un petit coup de pouce de temps en temps. Ce soutien, je l’ai trouvé auprès de mes camarades d’entraînement. S’ils ne m’avaient pas poussée à continuer, j’aurais peut-être baissé les bras.”

Avec qui vous entraîniez-vous à l’époque ?

“Avec plein de garçons. Ils m’ont dit que si j’étais un homme, aucun d’entre eux ne m’arriveraient à la cheville. Bizarrement, cela m’a poussée à m’entraîner encore plus dur pour qu’un jour, j’atteigne réellement ce niveau. Ils ne ralentissaient pas pour moi et ne me ménageaient pas parce que j’étais une fille. A l’époque, c’était vraiment très difficile, mais avec le recul, je suis ravie qu’ils aient agi ainsi. Je n’aurais certainement pas atteint mon niveau actuel sans eux. Merci les garçons !”

Vanessa

Vous entraînez-vous toujours avec eux aujourd’hui ?

“Pas autant que je le souhaiterais. Mais ça n’est pas grave. J’ai réussi à convaincre mes copines de rejoindre le mouvement. L’entraînement avec des filles est un peu différent de celui que je faisais avec les garçons, mais c’est sympa de pouvoir leur apprendre des choses et de les aider en cas de besoin.”

Pour revenir à l’entraînement avec les hommes : pensez-vous qu’être une femme soit un inconvénient ?

“Au début, c’est ce que je pensais. J’étais terriblement frustrée – et un peu intimidée – quand je n’arrivais pas à atteindre à leur niveau. Mais la réalité est telle que les hommes sont naturellement « conçus » pour être plus forts. Je m’en suis rendu compte après m’être entraînée si longtemps avec des hommes. Bien entendu, j’essayerai toujours de les mettre au défi autant que possible, mais avec Freeletics, il ne s’agit pas simplement d’être le plus rapide ou le plus fort, et c’est ça qui me plaît. Chacun a ses propres motivations. En ce qui me concerne, j’adore me déstabiliser et dépasser mes limites. Mais si vous voulez simplement être en forme, ça marche aussi. L’important est de se concentrer sur soi-même et sur ses objectifs personnels. Ne considérez jamais quelque chose comme un inconvénient. Voyez-le comme un défi à relever.”

Vous avez des millions de followers sur l’application. Que ressent-on quand on est une telle inspiration ?

“C’est incroyable d’entendre ces chiffres. Je n’en ai pas conscience la plupart du temps. Quand je m’entraîne avec Freeletics, je le fais pour moi. C’est ma passion. Mais après ma séance, quand les gens commentent ma performance, je me dis « Waouh ! Moi ? Vraiment ? ». C’est à ce moment-là que je me rends compte de l’importance de ce que je fais. C’est un sentiment incroyable.”

Quel genre de modèle pensez-vous être ?

“Mmh… Question difficile ! J’essaye d’être un bon modèle, surtout pour les autres femmes. Je leur montre qu’en étant en pleine forme et en bonne santé, tout est possible. Il ne s’agit pas de ressembler aux mannequins maigres que l’on voit dans les magazines. Être forte est la nouvelle tendance. Et je soutiens cette mode à 100% ! Cela ne signifie pas que toutes les filles doivent suivre la même voie que moi. Tant que vous êtes en bonne santé et heureuse, c’est tout ce qui compte.”

Vous diriez donc qu’inspirer les autres est la principale récompense en tant qu’Athlète Libre ?

“Absolument ! Mais c’est aussi regarder tout le chemin que j’ai parcouru et voir à quel point j’ai changé. Certains auront peut-être du mal à le croire, mais je n’avais pas un train de vie très sain quand j’étais plus jeune. Aujourd’hui, ma vie a un tout autre sens. Je sais désormais que je suis assez forte pour faire quelque chose que beaucoup ne rêveraient même pas de tenter. Et je suis bonne à ça. Le fait que je puisse le faire et bouleverser par la même occasion les vies de plus d’un million d’autres athlètes est un sentiment indescriptible.”

Vous avez raison, beaucoup auront du mal à croire que vous étiez jadis une débutante. Qu’est-ce qui vous paraissait impossible au début ?

“Les high jumps. Quand j’ai commencé, je disais que je ne pouvais pas les faire parce que j’étais une fille (Vanessa rit). C’était à l’époque où je trouvais des excuses ! Mais après environ un an d’entraînement, j’ai compris que je pouvais faire beaucoup de choses qui me paraissaient impossibles avant. Alors, j’ai essayé. Et après quelques exercices, j’arrivais à les faire. Si vous voulez réellement réussir à faire quelque chose, vous y parviendrez. Mais uniquement si vous vous entraînez et que vous arrêtez de vous trouver des excuses. Si je n’avais pas essayé, je n’aurais jamais réussi.”

jump

Parlons de vos habitudes alimentaires : vous posent-elles parfois problème ?

“Oh oui ! J’adore manger. Avant, je mangeais dès que je m’ennuyais. Et ça n’était pas toujours très sain. C’était vraiment une mauvaise habitude et je crois que beaucoup en souffrent. Mais plus je progressais, plus j’étais concentrée. Contrôler ce que je mange est devenu beaucoup plus facile. Aujourd’hui, manger équilibré est un plaisir. Alors gardez cela à l’esprit : c’est une question de temps et d’habitude.”

Que pourrait-on trouver dans votre frigo ? Quels sont les ingrédients sains incontournables pour vous ?

“J’adore les flocons d’avoine au petit-déjeuner. Pour les petits creux, je mange du fromage blanc allégé en matière grasse. Et pour le déjeuner ou le dîner, une bonne salade. Je raffole des infusions comme le matcha ou le chaga (c’est assez spécial). J’adore préparer moi-même du thé glacé avec de la menthe, du gingembre et du citron, que je laisse une nuit entière au frigo. Je consomme énormément d’herbes et de légumes, et mon plat préféré est une salade de fèves accompagnée de quelques tomates séchées et de feta. Simple et délicieux.”

Quels sont vos projets pour l’avenir ? De nouveaux objectifs ?

“Honnêtement, je veux juste continuer à progresser. Ma technique peut encore être améliorée et je veux vraiment pousser mon corps dans ses derniers retranchements pour voir jusqu’où il peut aller. Je meurs d’envie de maîtriser les Muscle Ups. Je suis déjà assez forte, mais les Muscle Ups sont une question de technique. Il faut que je continuer à m’entraîner. Gardez un œil sur mon fil d’actualité. Je vous tiendrai au courant de ma progression.”

Quel est votre workout préféré ?

“Helios. Iris. Metis Strength… Je les aime tous en fait ! Mais si je devais n’en choisir qu’un, je dirais Helios.”

Pourquoi celui-là ?

“Cela va peut-être sembler fou, mais c’est mon préféré parce qu’il est extrêmement exigeant. Il ne vous laisse aucun répit. On enchaîne exercices sur exercices. Votre corps travaille donc au maximum de sa puissance pendant toute la séance. C’est justement ce qui me donne le plus de plaisir. C’est aussi le workout pour lequel mon score a enregistré la plus grosse progression.”

push-up

Tout est question d’entraînement alors ?

“Absolument. S’entraîner beaucoup, se lever aux aurores et apprendre à ne pas faire de pauses. Au départ, mon corps n’y était pas habitué. Personne n’est habitué à réaliser 200 burpees dès le premier essai. Les résultats s’obtiennent en travaillant dur et en s’engageant corps et âme. Je me suis simplement accrochée, et c’est comme ça que j’ai progressé.”

Tout cela semble bien difficile ! Pouvez-vous nous donner une idée de votre routine d’entraînement ?

“J’adore m’entraîner le matin – ce que je fais environ 5 à 6 fois par semaine. Mais je veille également à m’octroyer du repos. C’est indispensable, tout comme les étirements. Généralement, je m’entraîne avec un groupe : c’est tellement plus motivant de travailler à plusieurs ! C’est également l’occasion pour moi de partager mes connaissances et de faire part de l’expérience que j’ai acquise au fil du temps. Tout cela fait partie intégrante de l’expérience Freeletics.”

Voici une question qui intéressera les filles : avec tant d’entraînements, vous devez avoir une belle collection de vêtements de sport. Quels sont vos incontournables ?

“Une bonne brassière de sport et un legging qui ne glissera pas pendant l’entraînement. Si vous n’avez pas à le remettre en place en permanence, c’est un gain de temps TRÈS important. En été, la meilleure tenue de sport est un short avec une doublure intérieure. Et il ne faut pas oublier les cheveux : je vérifie toujours deux fois qu’ils sont bien attachés avant de commencer mon entraînement.”

Quel message pourriez-vous transmettre à ceux qui ont envie de baisser les bras ?

“Si c’était facile, tout le monde le ferait. N’oubliez jamais cela car c’est la vérité. On n’a rien sans rien. Mon parcours n’a pas été simple. Moi aussi, j’ai été débutante. Au départ, je ne pouvais même pas faire une traction. Mais ça n’a aucune importance ! Peu importe le temps que cela prend. Si vous maintenez vos efforts, il ne fait aucun doute que vous atteindrez vos objectifs. Si vous baissez les bras, il est évident que vous n’y parviendrez pas.”

Et à ceux qui commencent tout juste ?

“Premièrement, déterminez vos objectifs et notez-les avant même de commencer. Il est bien plus facile de travailler quand on a une vision claire des objectifs à atteindre.

Les débuts sont difficiles. Pour vous, pour moi, pour tout le monde. C’est ça, Freeletics. Mais ce que vous ressentirez après l’effort vous montrera que le jeu en vaut la chandelle. Écrivez ce que vous avez ressenti. Quand l’entraînement devient trop difficile, repensez à ce sentiment. Voilà ce qui vous attend quand vous avez terminé. Les exercices ne deviendront pas plus faciles. Mais vous deviendrez plus forts. Lancez-vous, restez concentrés et accrochez-vous. Croyez-moi, c’est la meilleure décision que vous prendrez dans votre vie.”

hand stand

Même si elle joue aujourd’hui dans la cour des grands, Vanessa a elle aussi commencé avec un objectif et un programme. Comment en est-elle arrivée là ? Elle a pris une décision et elle s’y est tenue, sans laisser aucun obstacle lui barrer la route. Suivez son exemple. Il ne s’agit pas d’être le plus fort ou le plus rapide. Votre seul objectif : être meilleur que la veille. Tout commence par une décision. Oserez-vous la prendre ?