Régler avec précision sa « machine de course » pour un marathon

Joshua Mehmet

Les marathoniens n’ont pas de répit #NoDaysOff. Vous êtes-vous déjà demandé comment, comparés au reste d’entre nous, ces véritables « machines de course » parvenaient à rester au top de leurs performances, et ce, sans se blesser ? La réponse à cela ne dépend pas seulement de leurs gènes et de leur programme d’entraînement, mais aussi de leur routine quotidienne. Non seulement les coureurs, mais également les athlètes professionnels, se fixent des règles spécifiques et adoptent des habitudes particulières dans leur quotidien.

Un coureur de marathon prend soin de son corps comme d’une voiture de course de Formule 1. C’est une machine rapide et conçue pour être performante. Mais pour parvenir à parcourir la piste aussi rapidement et prudemment que possible, des procédures d’entretien quotidiennes sont nécessaires.

Voici donc les 4 procédures secrètes que les coureurs utilisent pour maintenir leur « machine de course » bien huilée, réglée avec précision et prête à se donner à fond le jour du marathon :

Les électrolytes

La question est la suivante : à quelle fréquence consommez-vous des électrolytes ? Jamais ? Avant une course ? Après une course ? Il n’est pas rare pour des coureurs professionnels de boire environ 3 litres d’eau enrichie en électrolytes quasiment tous les jours. Pourquoi ? Lors d’une course – épreuve qu’ils pratiquent souvent – c’est au travers de la transpiration qu’ils perdent leurs électrolytes, principalement composés de sodium et de potassium. En cas de déséquilibre de ces derniers, un coureur risque de souffrir de crampes, d’épuisement musculaire, ainsi que de raideurs et de douleurs au niveau des articulations. Un apport adéquat en électrolytes assure ainsi que les tissus demeurent sains et correctement hydratés, jour après jour.

Immerger ses muscles

Pour vous et moi, un bain est un moyen de décompresser et de se relaxer. Pour les marathoniens, c’est aussi cela, mais bien plus encore. L’ajout d’huiles et de sels de bain spéciaux permet de favoriser encore davantage le processus de régénération. Et puisque prendre un bain est quelque chose que l’on fait régulièrement, cela ne nécessite quasiment aucun effort supplémentaire de leur part pour l’intégrer à leur routine. Le sel d’Epsom, par exemple, est du sulfate de magnésium cristallisé que vous pouvez vous procurer dans la plupart des pharmacies. Durant des centaines d’années, il a été dissous dans les bains afin de soulager les maux et douleurs. L’usage du sel d’Epsom dans un bain est particulièrement répandu chez les coureurs car il est considéré comme un moyen de soulager les douleurs musculaires liées à des efforts excessifs, et d’apaiser les tendinites et les élongations. Bien qu’aucune recherche n’en prouve l’efficacité manifeste, rien ne la réfute non plus. La relaxation et la régénération : d’une pierre deux coups !

La compression

Nous avons déjà abordé le sujet des vêtements de compression et la raison pour laquelle ce sont bien plus que les accessoires de sport indispensables de cette saison. Et lorsqu’il est question des chaussettes de compression, les coureurs en ont vraiment pour leur argent. Non seulement lors d’une course de longue distance, mais aussi lors d’un déplacement en avion ou en voiture, en allant au supermarché ou en regardant la télévision le soir, il n’est pas rare pour un coureur de fond de porter des chaussettes de compression pendant au moins quelques heures chaque jour. Cette astuce du quotidien particulièrement simple leur permettrait d’aider encore davantage les systèmes lymphatiques et sanguins de leur corps à restaurer les tissus travaillés.

Être pieds nus

On dit que l’une des raisons pour lesquelles un grand nombre des meilleurs marathoniens du monde vient du Kenya, c’est parce que, là-bas, ils courent souvent pieds nus – une méthode permettant de développer de bonnes habitudes. Bien que cette théorie reste à prouver, une chose est sûre : tous les grands coureurs s’efforcent de passer le plus de temps possible à marcher ou à courir pieds nus. La raison pour cela en est simple. Il s’agit en effet de la posture par défaut de votre pied. Cela signifie que le pied et en réalité l’ensemble du corps sont conçus pour courir de cette manière. Même si nous ne pouvons pas marcher ou courir dans les rues sans chaussures en raison des surfaces brutes et des objets coupants, les coureurs saisissent toutes les opportunités qui ne présentent pas de risque pour être pieds nus afin de renforcer et de mobiliser leurs pieds. Ils leur permettent ainsi de fonctionner de la manière dont ils sont supposés le faire et de devenir plus forts.

L’avantage principal de ces procédures, c’est que vous n’avez pas besoin d’être un coureur professionnel pour que vos performances en bénéficient et que votre récupération en soit accélérée. Les sels de bain, les chaussettes de compression et les électrolytes sont tous peu coûteux et faciles à se procurer. Ce qu’il y a de plus difficile, c’est de faire les efforts nécessaires pour les intégrer à votre routine.

Vous voulez vous améliorer en course de pied ? Pour cela, il ne suffit pas seulement de courir. Entretenez votre corps, fixez-vous des règles et adoptez de bonnes habitudes.