Obtenir votre Coach

Pas motivé(e) ?

JUAN

La liberté est une victoire, mais toutes les victoires ne sont pas source de liberté. Les victoires qui comptent sont celles qui vous font sourire intérieurement, et non pas celles que vous cochez sur une liste jugée incontournable. Les trophées, médailles et récompenses n'ont pas leur place ici. Les distinctions étincelantes peuvent en impressionner certains, mais ce ne sont là que de simples façades qui dissimulent un sentiment de résignation et laissent penser que la personne n'est pas capable de plus. Lorsque nous lui retirons son masque, nous découvrons alors une personne perdue, qui n'a plus nulle part où aller, quelqu'un de piégé. La victoire qui compte, c'est celle qui permet de rester fidèle à soi-même et de se libérer.

Embedded content: https://www.youtube.com/watch?v=2hxWmNYaGpU&feature=youtu.be

Les victoires ont une date d'expiration. Si vous luttez pour gagner, il arrivera un moment où vous devrez vous avouer vaincu(e) et abandonner le combat. Une victoire, c'est le point final d'un parcours. Et les points finaux ne sont pas synonymes de progression. La vie ne s'arrête pas lorsque vous avez atteint votre objectif. Les victoires sont quantifiables et creuses, et menacent de nous emprisonner à la moindre occasion. Au fond, nous savons que notre curriculum vitæ ne représente qu'une petite partie de ce que l'on est réellement et pourtant nous continuons à le laisser nous définir.

Lorsque nous acceptons une victoire, nous abandonnons le combat, nous acceptons que les choses ne puissent pas être mieux, et qu’à partir d’ici, il n’y ait nulle part où aller, nulle route à parcourir. La victoire est une barrière, c'est un obstacle à la liberté et à la libération. Elle nous maintient dans un rôle et à un niveau confortables. « Depuis toujours, j’étais uniquement censé(e) en arriver jusque-là, » vous surprenez-vous peut-être à penser, « c'est mon destin et, pour être honnête, je m'en suis bien sorti(e) ». Mais ce n'est pas assez bien. Le destin est une invention de l'homme fabriquée pour que nous soyons satisfaits de notre sort. C'est une limite que nous nous imposons avant même d’avoir une chance d’y arriver. Le destin et la victoire sont des points finaux, et la liberté exclut tout point final. Les victoires revêtent toutes les formes et toutes les tailles, certaines sont significatives, d'autres punitives, mais aucune ne devrait être importante au point d’interrompre notre parcours.

Franchir la ligne d'arrivée d'une course, c'est se rapprocher de la ligne de départ d'une autre. Le parcours ne se termine pas uniquement parce que nous avons atteint un objectif arbitraire. La liberté n'est pas une victoire figée. Elle continue sa course et ne se retourne pas pour vérifier où nous en sommes. Il est difficile de l'atteindre, mais c'est la seule victoire qui en vaille vraiment la peine, car elle n'essaie pas de mettre des limites sur notre estime personnelle. Les victoires sont confortables, elles nous collent des étiquettes et nous donnent matière à discussion, mais ce sont des points finaux qui nous piègent dans une version limitée de nous-mêmes. Osez vous libérer de vos victoires et découvrez la sensation que procure le fait d'être réellement libre.

Juan FR