N’ayez pas peur du noir

Header2

18 h 30 : l’heure à laquelle vous vous entraînez habituellement. Vous vous préparez, attrapez votre tapis et sortez de chez vous. Mais attendez… comment se fait-il qu’il fasse déjà nuit ? C’est alors que vous réalisez que l’été est officiellement terminé.

Mais cela ne signifie pas que votre entraînement doit également l’être. Nous n’attendons pas qu’il fasse jour, qu’il y ait du soleil ou que le week-end arrive. Car nous savons qu’il n’y a pas de meilleur moment que maintenant. Alors suivez ces conseils, ne vous cherchez plus d’excuses et entraînez-vous de nuit en toute sécurité cet hiver.

Courez dans la bonne direction

Il n’y a rien de comparable au sentiment de liberté que l’on éprouve en courant à la nuit tombée… tant que l’on reste prudent. Nous savons que tout le monde n’a pas la chance d’avoir un parc ou un sentier à proximité. Alors, si vous devez courir en ville, faites-le sur le trottoir et non sur la route et courez toujours dans le sens inverse du trafic.

Écoutez vos pensées

Il est vrai que, par le passé, nous vous avons dit qu’écouter de la musique en courant faisait une grande différence. Mais de nuit, lorsque vous devez être extrêmement attentif(ve) à ce qui se passe autour de vous, le silence est d’or. Lors de votre prochaine séance d’entraînement nocturne, laissez vos écouteurs chez vous et écoutez vos pensées à la place.

Faites en sorte d’être visible

Que vous couriez ou que vous effectuiez des exercices au poids du corps, que vous soyez dans un parc ou dans la rue : de nuit, il est important que vous soyez toujours visible. Le jaune fluo n’est pas votre couleur ? De simples bandes ou logos réfléchissants suffisent pour qu’un automobiliste ou un cycliste vous remarque. S’équiper d’une lampe frontale peut sembler drastique, mais si elle permet de vous sauver la vie, cela en vaut la peine.

Laissez l’exploration des environs pour vos sorties de jour

N’allez pas explorer les environs de nuit, choisissez plutôt d’y aller lorsqu’il fait jour. Contentez-vous de vos activités habituelles et des endroits qui vous sont familiers. Se perdre dans le noir n’est amusant pour personne.

Entraînez-vous avec quelqu’un, même si ce quelqu’un est votre chien

Toute personne ayant peur du noir sait que la présence d’une autre personne peut être rassurante. La bonne nouvelle pour vous, c’est qu’il y a probablement un groupe d’Athlètes Libres près de chez vous prêt à affronter votre peur à vos côtés. Dans le cas contraire, vous pouvez même emmener votre chien avec vous pour vous protéger, c’est toujours mieux que d’y aller tout(e) seul(e).

Laissez vos objets de valeur chez vous

L’une des principales raisons étant que si vous laissez tomber quelque chose dans le noir, vous aurez beaucoup de mal à le retrouver, sauf si vous portez une lampe frontale bien entendu. Lorsque vous achetez vos vêtements de sport, assurez-vous que vos collants, shorts, vestes ou même vos gants soient pourvus d’une poche à fermeture éclair pour y ranger vos clés. C’est là un objet important que vous aurez besoin d’emporter avec vous.

Soyez honnête, la nuit n’est qu’une excuse. Et à partir d’aujourd’hui, vous ne l’utiliserez plus. Préparez-vous, restez prudent(e) et, ce soir, remplacez le canapé par le terrain d’entraînement. C’est une sensation sans pareille. Qui n’a pas envie d’aller se coucher avec ce sentiment de puissance et d’accomplissement ?