Les œufs sont-ils dangereux ?

preview eggs

L’heure est venue de répondre à l’une des questions les plus fréquemment posées sur les œufs. Et non, il ne s’agit pas d’élucider qui de la poule ou de l’œuf est apparu le premier. La question est ici de savoir si les œufs constituent réellement un danger pour notre santé. Pendant plus de 50 ans, les scientifiques ont étudié le lien entre la consommation d’œufs et la santé cardiaque. Les œufs ont longtemps eu la réputation d’augmenter le taux de cholestérol dans le sang et de contribuer à l’obstruction des artères. Et même si plusieurs études ont réfuté cette allégation, la paranoïa autour des œufs semble toujours bien présente. Alors mettons les choses au clair une bonne fois pour toutes. Poursuivez votre lecture pour découvrir si les œufs sont réellement dangereux ou non.

Pour commencer, qu'est-ce que le cholestérol ?

Le cholestérol est une substance vitale que notre organisme produit en grande quantité. Cette molécule organique est, entre autres choses, le précurseur de la biosynthèse de la vitamine D, des hormones stéroïdiennes comme la testostérone, et de l’acide biliaire. Elle fait également partie intégrante de la membrane plasmique de nos cellules.

Pourquoi le cholestérol peut-il être néfaste ?

Si votre taux de cholestérol est trop élevé, le risque que vous développiez des maladies cardiovasculaires augmente. Pour mieux comprendre, il est important de différencier les deux types de cholestérol : le cholestérol LDL (lipoprotéine de basse densité ou « low density lipoprotein », en anglais) et HDL (lipoprotéine de haute densité ou « high density lipoprotein »). Le cholestérol LDL, souvent qualifié de « mauvais cholestérol », peut être à l’origine des « plaques » que l’on retrouve sur les parois internes des artères. Ces plaques sont constituées de différentes substances, comme du cholestérol, du calcium, des graisses et des déchets cellulaires. Ce processus, également connu sous le nom d’« athérosclérose », se développe en principe sur une longue période de temps et est, dans la plupart des cas, impossible à remarquer. Dans le pire des scénarios, ces plaques peuvent se rompre soudainement et ainsi former des caillots de sang, ce qui peut alors déclencher un AVC ou une crise cardiaque.

À l’inverse, le cholestérol HDL, également qualifié de « bon cholestérol », est dégradé dans le foie et ne peut donc pas se déposer dans les artères.

Par conséquent, il est important de conserver votre taux de cholestérol global en dessous de 200 mg/dl, le « mauvais » cholestérol LDL devant être inférieur à 160 mg/dl et le « bon » cholestérol HDL supérieur à 40 mg/dl. Vous pouvez mesurer votre taux de cholestérol en demandant une analyse de sang à votre médecin.

Qu'est-ce qui influence notre taux de cholestérol dans le sang ?

Il existe plusieurs facteurs pouvant être à l’origine d’un taux de cholestérol élevé. Certains peuvent être contrôlés, comme notre alimentation et notre mode de vie (exercice physique, tabagisme, etc.), et d’autres ne le peuvent pas, comme notre âge, notre sexe ou nos gènes.

Le cholestérol et l’alimentation

Pour commencer, notre alimentation influence notre taux de cholestérol. Pendant longtemps, les gens ont cru que consommer de grandes quantités de cholestérol au sein même de notre alimentation entraînait directement une augmentation du taux de cholestérol dans le sang. Mais les études révèlent à présent que ce n’est pas le cholestérol lui-même mais plutôt la quantité de graisses saturées présentes dans notre alimentation qui favorise ce phénomène. Les aliments tels que les viandes et saucisses grasses, le beurre, la crème, le fromage, le lait entier ainsi que les gâteaux et les pâtisseries sont tous riches en graisses saturées. Par ailleurs, les acides gras trans, que l’on retrouve dans les aliments transformés et frits, tels que les frites, sont connus pour augmenter le taux de cholestérol LDL et diminuer le taux de bon cholestérol HDL. Même si vous n’êtes pas obligé(e) de cesser complètement de consommer ces aliments, vous devriez les éviter autant que possible.

Notre conseil : certains aliments diminuent naturellement le taux de cholestérol. Par exemple, ajouter des flocons d’avoine, des avocats, des céréales complètes, des haricots et des noix à votre alimentation permet de l’améliorer.

Le cholestérol et les gènes

Certains scientifiques affirment que nos gènes et notre mode de vie ont plus d’influence sur notre taux de cholestérol que notre alimentation.

Lorsque nous consommons le cholestérol via la nourriture, notre corps peut normalement en réduire sa propre synthèse jusqu’à un certain degré. Ce qui signifie que le taux de cholestérol reste quasiment constant. Néanmoins, ce mécanisme de régulation ne fonctionne pas correctement chez tout le monde. En définitive, ce sont les gènes qui sont responsables de cette différence d’un individu à l’autre : chaque personne possède une quantité plus ou moins importante de « récepteurs LDL », ce qui lui permet donc de réguler plus ou moins bien son taux de cholestérol dans le sang.

Et les œufs dans tout ça ?

Maintenant que vous en savez davantage sur cholestérol, retournons à notre question initiale et répondons-y : oui, les œufs contiennent du cholestérol. Mais comme nous vous l’avons expliqué précédemment, celui présent dans la nourriture n’a qu’un impact mineur sur notre taux de cholestérol dans le sang. En général, les œufs sont une source incroyable de nutriments : ils sont relativement pauvres en graisses saturées, tout en étant riches en vitamines, telles que les vitamines D et B12, le folate et la riboflavine. En outre, ils regorgent de protéines et d’acides gras oméga 3 sains. Cependant, par mesure de sécurité, certains médecins préconisent de ne pas consommer plus de 7 à 10 œufs par semaine.

Récapitulons

Un taux de cholestérol élevé constitue l’un des principaux facteurs pouvant entraîner une maladie cardiaque, et oui en effet, les œufs contiennent du cholestérol. Cependant, selon des experts réputés, celui obtenu au sein même de l’alimentation n’a que peu d’influence sur l’augmentation du taux de cholestérol dans le sang. En raison de leur prédisposition génétique, seules certaines personnes absorbent davantage le cholestérol provenant des aliments. Ces personnes doivent donc absolument faire attention aux quantités qu’elles ingèrent. Mais pour la plupart d’entre nous, le cholestérol que nous consommons via nos aliments n’a pratiquement aucun effet sur notre taux de cholestérol global. Par contre, une mauvaise alimentation riche en graisses saturées ainsi qu’un mode de vie malsain (par exemple, tabagisme, manque d’exercice physique) peuvent l’influencer directement. Par conséquent, nous vous recommandons de pratiquer une activité physique régulière et d’adopter une alimentation saine et équilibrée, comportant beaucoup de légumes, céréales, noix et fruits.

Néanmoins, si votre taux de cholestérol est déjà élevé, demandez conseil à votre médecin si vous souhaitez intégrer des œufs à votre régime alimentaire.