Let’s Talk : “Freeletics m’a donné un objectif et une raison de vivre.”

Content ChrisStory

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé, nous tenions à souligner une chose importante. La santé ne correspond pas uniquement au niveau de forme physique d’une personne, ni au fait d’avoir une alimentation équilibrée. La santé, c’est un état d’esprit.

À présent, posez-vous les questions suivantes : quel est votre état de santé ? Êtes-vous suffisamment brave pour vous fixer des objectifs ? Et suffisamment positif(ve) pour continuer à y travailler, même si vous échouez la première fois ?

Ou vous sentez-vous impuissant(e) face à votre avenir ? Insatisfait(e), et d’autant plus incertain(e) de la méthode à adopter pour changer les choses et vivre une vie dont vous êtes fier(e) ? Si cette situation vous paraît familière, alors laissez-vous inspirer par l’histoire de Chris, originaire du Colorado, aux États-Unis. Chris est un jeune homme dont l’avenir n’était autrefois pas vraiment prometteur mais qui, grâce à l’entraînement Freeletics, a retrouvé un objectif ainsi qu’une raison de se lever le matin et de travailler dur pour obtenir ce qu’il souhaitait. Voici son histoire :

Il n’y a pas si longtemps que ça, j’étais quelqu’un de léthargique et déprimé. Tout me pesait et je m’autodétruisais lentement. Je fumais et buvais sans me soucier des dégâts que j’infligeais à mon corps, car j’avais l’impression de ne rien valoir, comme si je ne comptais pas. Je n’avais ni objectif, ni passion dans la vie et aucune raison de vivre. Mais ça n’avait pas toujours été le cas et, aujourd’hui, ça ne l’est bien évidemment plus.

Durant mon enfance dans le Colorado, j’étais toujours très actif. J’adorais être le gardien de but de mon équipe de football locale. Probablement parce que j’avais l’impression de pouvoir être une personne différente de celle de ma vie de tous les jours, et parce que je pouvais être un héros, malgré mon surpoids. On m’a même proposé de jouer à l’université, mais ça ne m’intéressait pas. J’ai préféré déménager à Lugano, en Suisse, et découvrir un peu plus le monde. Toutefois, j’ai toujours éprouvé une certaine frustration. J’avais l’impression d’être quelqu’un de moyen parce que je n’avais jamais poursuivi d’activités sportives. J’étais coincé dans une prison mentale que j’avais moi-même érigée et qui se traduisait par des tendances autodestructrices, telles que fumer, boire et négliger mes études. J’ai essayé de me reprendre en main à plusieurs reprises, mais je n’ai jamais réussi à poursuivre les efforts qui m’auraient permis de progresser.

Je n’ai été capable de dépasser ce stade qu’à partir du moment où j’ai reconnu à quel point j’avais sombré. Alors que j’avais été un athlète autrefois, je m’essoufflais désormais rien qu’en montant une volée de marches ! J’étais malheureux et très loin de la personne que je désirais être. C’est à ce moment-là que j’ai franchi le premier pas vers le changement. J’ai commencé par faire de la marche à pied, et même si ce n’était qu’un tout petit pas, ça m’a permis de me sentir mieux dans ma peau. C’est lorsque j’ai commencé à chercher quelque chose d’un peu plus élaboré que je suis tombé sur des commentaires à propos de l’appli Freeletics Bodyweight. Après avoir regardé des témoignages, j’ai approfondi mes recherches et j’ai été impressionné par la communauté interactive. Je me suis alors inscrit et, même si les premières séances d’entraînement m’ont amené à me demander si je n’étais pas un peu dingue de m’être lancé là-dedans, je suis progressivement devenu accro à la sensation de réussite et à la force que cela me procurait. Au fil du temps, j’ai vu ma confiance en moi, mon énergie et ma force augmenter. J’étais de nouveau positif et heureux, et je souriais pour de bonnes raisons.

Est-ce arrivé du jour au lendemain ? Non, malheureusement. Ce furent huit mois de travail acharné. J’étais souvent frustré par mon manque de progrès ou par le fait de ne pas réussir à effectuer certains exercices. Pour entretenir ma motivation, il me faut être en constante réflexion, faire confiance au processus, rester positif et penser aux progrès que j’ai déjà effectués. Y a-t-il encore des périodes où je ne suis pas régulier ? Oui. Y a-t-il des jours où je dois me convaincre de sortir m’entraîner ? Oui. Y a-t-il des jours où j’ai envie d’abandonner ? Tout le temps. Est-ce que je le fais ? Jamais.

Je continue de souffrir de certaines tendances dépressives et mes défauts me font encore douter de moi-même. Mais à présent, je suis tellement fier de tout ce que j’ai accompli. C’est un sentiment que personne ne pourra m’enlever. Le conseil que je donnerais aux autres est simple : ne cessez jamais de vous dire que vous luttez pour une bonne raison et que lorsque vous parviendrez à vos fins, vous serez devenu(e) une meilleure version de vous-même. Un beau jour, vous réaliserez combien vous êtes fort(e). Vous n’attirerez plus à vous que la grandeur et vous vous forgerez une réalité qui sera bien meilleure que ce que vous auriez pu imaginer.

J’aimerais que les gens sachent qu’il n’est jamais trop tard pour commencer à être plus heureux et en meilleure santé. J’aimerais pouvoir améliorer la vie de quelqu’un, comme Freeletics l’a fait pour moi. Ce n’est jamais facile, vous allez être mis(e) complètement KO, à tel point que vous aurez l’impression d’être incapable de vous relever, mais sachez que vous êtes puissant(e), que vous pouvez vous aussi être une source de force pour les personnes qui vous entourent, en franchissant simplement ce premier pas.

Je vous remercie d’avoir lu mon histoire et je remercie Freeletics d’avoir changé ma vie.

#WHD #LetsTalk

chris

Nous aimerions connaître votre histoire. Freeletics a-t-il changé votre vie ? Rejoignez la discussion, laissez un commentaire ci-dessous.