Le lactate : L’origine de la sensation de brûlure dans les muscles

Lacktat 1500x400

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vos muscles vous brûlaient au cours d’un entraînement éprouvant ? Cette sensation désagréable, qui est bien souvent la raison pour laquelle vous avez envie d’abandonner, survient lorsqu’un sous-produit du métabolisme appelé lactate envahit nos muscles. Cet article vise à expliquer ce qu’est l’acide lactique, également appelé « lactate », ainsi que la manière dont l’énergie est générée en fonction du type d’effort physique effectué.

Jamais entendu parler du lactate ?

Quand vous effectuez un workout Freeletics ou un grand nombre de répétitions éprouvantes, comme 100 Burpees, 50 Back Squats à la barre ou encore un sprint, il s’agit alors de vous donner à fond et d’essayer d’exécuter l’exercice aussi vite que possible. Notre capacité à supporter la quantité de lactate produite à ce moment-là est l’un des nombreux facteurs nous permettant de réaliser un bon chrono. Le lactate ? Jamais entendu parler ? Le lactate apparaît lorsque votre corps dégrade des glucides (glucose) au cours d’un effort physique intense. Tous les Athlètes Libres en ont déjà fait l’expérience et savent ce que cela signifie d’avoir du lactate qui « flotte » dans le corps. Avant de vous expliquer plus en détail ce qu’est le lactate, il nous faut définir quelques termes et processus revêtant une importance majeure pour comprendre comment le lactate est produit dans le corps. Commençons par l’adénosine triphosphate, l’unité d’énergie de l’être humain.

Qu’est-ce que l’adénosine triphosphate (ATP) et quel est son rôle dans le corps humain ?

Selon l’intensité et la durée d’une séance d’entraînement, la demande énergétique du corps humain, ou plus précisément des cellules musculaires, diffère. Pour alimenter les cellules en énergie, votre organisme brûle des glucides, des acides gras et des protéines au travers de différents processus. L’énergie ainsi produite permet aux muscles de se contracter. Elle est fournie à l’organisme sous forme d’adénosine triphosphate (ATP), également connue comme étant la « monnaie d’échange énergétique » de l’organisme.

Les muscles ne peuvent stocker qu’une infime quantité d’ATP, c’est pourquoi cette molécule doit sans cesse être synthétisée. La manière dont l’ATP, monnaie d’échange énergétique, est (re)synthétisée dépend du type d’effort physique effectué et de la quantité d’oxygène que nos cellules sont en mesure d’assimiler. Le cycle permettant de synthétiser de l’ATP est très complexe et comprend de nombreux sous-produits métaboliques, tels que le lactate, qui apparaît durant la production d’énergie dite anaérobie. Concernant ce dernier point, vous vous demanderez sûrement ce dont il s’agit et quel est son rapport avec le lactate. Creusons donc davantage.

Que se passe-t-il en cas d’effort extrêmement intense et court ?

Les efforts physiques extrêmes, tels qu’un sprint ou un workout Freeletics très intense, exigent une libération immédiate d’énergie anaérobie, ce qui signifie que l’énergie est produite sans oxygène. Les glucides (glucose) sont alors dégradés par voie anaérobie. Vous vous demandez pourquoi ? En cas d’effort extrême, les cellules musculaires de l’organisme ne sont pas en mesure d’assimiler la quantité d’oxygène dont elles ont besoin pour pouvoir synthétiser de l’ATP. C’est donc la production d’énergie anaérobie qui entre en jeu puisqu’elle n’a pas besoin d’oxygène. Et le lactate, quel rôle joue-t-il ici ? Le lactate est une molécule de glucose transformée, qui est transportée des cellules musculaires jusqu’au sang. Pour quelle raison ? Le lactate ne peut pas être dégradé davantage sans oxygène. C’est la raison pour laquelle vos muscles vous « brûlent » ou cessent même complètement de fonctionner. Une fois l’effort terminé, par exemple lorsque vous effectuez une pause durant un workout, pendant un entraînement par intervalles ou encore à l’issue d’un sprint, le lactate retourne dans les cellules musculaires. Il y est alors dégradé par voie aérobie, c’est-à-dire en utilisant de l’oxygène.

L’apport énergétique en cas d’effort continu et modéré

Grâce à un apport suffisant en oxygène, votre organisme dégrade complètement le glucose et le lactate jusqu’à obtenir le produit final de la glycolyse aérobie (dégradation du glucose pour former de l’ATP) : de l’eau et du dioxyde de carbone. L’organisme a généralement recours à la production d’énergie aérobie lorsque vous effectuez une pause durant un entraînement par intervalles, lorsque vous courez à une allure modérée ou lors d’un workout de faible intensité.

Le lactate n’est pas seulement votre ennemi, il est aussi votre ami

S’il est source d’autant de douleurs, le lactate n’est certainement pas une bonne chose, n’est-ce pas ? En réalité, le lactate ne se résume pas à cela ! Voici deux effets secondaires positifs :

  • Des études ont révélé que le lactate pouvait avoir un impact positif sur la régénération des vaisseaux sanguins et sur la cicatrisation des plaies.
  • Le lactate permet aux physiciens du sport d’évaluer vos performances physiques.

Récapitulons

Cela peut être douloureux, mais il est important de garder à l’esprit qu’à chaque fois que vous vous entraînez et que vous atteignez votre seuil individuel, ce dernier augmente progressivement et devient de plus en plus difficile à atteindre. Il correspond à la limite jusqu’à laquelle vous pouvez aller sans que le lactate ne se propage dans tout votre organisme. Chaque séance vous permettra d’améliorer votre forme physique. En tant qu’Athlète Libre, vous savez que l’objectif final consiste à être en pleine forme et c’est pourquoi vous devriez persévérer pour ainsi devenir plus rapide, plus en forme et plus fort(e) que vous ne l’étiez la veille.