L’insomnie du coureur : Pourquoi le sommeil n’est pas toujours de notre côté

HEADER 1

Logiquement, les coureurs devraient bien dormir, n’est-ce pas ? Tout ce temps passé en plein air à brûler des calories et à consommer de l’énergie à chaque foulée… ça semble être tous les ingrédients requis pour passer une bonne nuit de sommeil. En réalité, ce n’est malheureusement pas le cas ! Si vous courez régulièrement, vos nuits blanches pourraient bien être le résultat de tous les kilomètres que vous avez parcourus. Voici quelques explications possibles :

Vous vous entraînez avec trop d’intensité et trop souvent

Le surentraînement peut provoquer des insomnies. Si vous ne laissez pas suffisamment de temps à votre corps pour récupérer et se réparer, votre taux d’hormone du stress risque d’augmenter de manière chronique. Cela perturbe non seulement votre sommeil, mais également votre système immunitaire… et plus encore. C’est pourquoi vous devez écouter votre corps et effectuer de temps en temps des courses à faible allure. Intensifiez progressivement votre entraînement, en vous assurant de toujours programmer des semaines ou des périodes de « tapering », durant lesquelles vous réduisez l’intensité et la fréquence de vos séances de course à pied.

Vous souffrez de carences nutritionnelles et caloriques

Si vous vous entraînez à courir sur de longues distances tout en suivant un régime pauvre en calories, il est fort probable que cette combinaison soit à l’origine de vos insomnies. Nous vous déconseillons fortement les régimes drastiques, que vous les associiez ou non à une activité physique. Votre corps a besoin de nutriments essentiels pour faire le plein d’énergie, et seule une alimentation équilibrée peut les lui apporter. Le fer est par exemple particulièrement important. Alors, si vos nuits sont continuellement agitées, il vaudrait mieux aller consulter votre médecin pour faire des analyses.

Vous vous entraînez trop tard le soir

Si vous avez du mal à vous endormir, alors c’est peut-être le signe que votre corps n’approuve pas l’heure à laquelle vous vous entraînez. Lorsque vous effectuez une séance éprouvante tard le soir, vos taux d’adrénaline et de cortisol augmentent. Il vous est alors difficile de vous endormir. S’il n’est pas question que vous vous entraîniez le matin, essayez d’effectuer vos séances au minimum 3 heures avant d’aller vous coucher afin de permettre à votre corps de se détendre.

L’insomnie peut frapper les marathoniens ou les coureurs de compétition au pire des moments :

La nuit précédente

Il s’agit de cette situation courante durant laquelle vous vous sentez particulièrement nerveux(se). Surtout si vous choisissez ce moment précis pour commencer à penser à votre course. À la place, visualisez-la et préparez-vous mentalement une semaine auparavant. Parcourez le chemin, apprenez à connaître ce que vous aurez à affronter et réfléchissez à tout ce qui pourrait mal se passer. Ainsi, la nuit précédente, vous n’aurez plus qu’à vous assurer de dormir suffisamment afin d’arriver sur la ligne de départ paré(e), réveillé(e) et prêt(e) à vous élancer.

La nuit suivante

Comment se peut-il que vous ne soyez pas fatigué(e) après 42 km ? Nous ne savons pas exactement comment ce phénomène est possible, mais tous les marathoniens savent que… c’est possible ! Cela peut, entre autres, s’expliquer par le fait que, même si votre corps a déjà franchi la ligne d’arrivée, votre esprit est quant à lui toujours dans la course. La montée d’adrénaline survenant à l’issue d’un marathon peut durer des heures. Des jours. Voire même des semaines pour certaines personnes. Vous revivez l’excitation du début, les encouragements de la foule tout au long du parcours, et le moment où vous franchissez la ligne d’arrivée et réalisez que vous venez d’établir un nouveau PB. Il se peut également que vous soyez submergé(e) par de vives émotions ou des sentiments intenses de frustration ou de bonheur qui empêchent votre esprit de se déconnecter complètement.

Pour résumer les choses, oui, courir est fatigant, mais cela ne garantit pas pour autant une bonne nuit de sommeil. Si ça fonctionne pour vous, alors tant mieux ! Profitez de chaque seconde passée les yeux fermés et ne changez rien. Toutefois, si vous faites partie de ceux qui souffrent d’insomnies à cause de la course à pied, diminuez l’intensité de vos séances pendant quelque temps, surveillez votre consommation de nutriments et modifiez vos horaires d’entraînement. Votre corps est fait pour courir. Il vous suffit simplement d’ajuster au mieux l’usage que vous en faites.