Luttez contre la déprime hivernale grâce au HIIT

Header 1 1

L’hiver est tenace. Nous le savons bien ! Mais savez-vous ce qui l’est encore plus ? Un athlète déterminé qui se donne à fond pour venir à bout d’un entraînement explosif de haute intensité. Il a été prouvé que le HIIT (entraînement par intervalles de haute intensité ou « high intensity interval training », en anglais) avait un effet positif sur notre humeur et notre bien-être. Alors, si vous êtes du genre à souffrir chaque année de la déprime hivernale, cela pourrait bien être le remède que vous cherchiez. Comment cela fonctionne-t-il ? Certainement pas sans verser au préalable quelques gouttes de sueur. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus.

Il est intense, réchauffe, fait transpirer et accélère à coup sûr votre rythme cardiaque, mais permet-il également d’améliorer votre humeur ?

Oui, sans l’ombre d’un doute. Récemment, une étude s’est intéressée aux effets de l’entraînement HIIT sur une protéine appelée BDNF (facteur neurotrophique dérivé du cerveau ou « brain-derived neurotrophic factor », en anglais), responsable des fonctions de survie et des fonctions cognitives, de la réparation des cellules cérébrales et surtout de la régulation de l’humeur. D’autres études ont mis en évidence l’étroite corrélation entre le faible taux de BDNF et les troubles mentaux, tels que la dépression. Lorsque nous effectuons un entraînement HIIT, un processus biologique se produit au sein de notre organisme, augmentant ainsi notre taux de BDNF. C’est cette augmentation qui est responsable de l’amélioration de l’humeur et du sentiment de bonheur.

Du HIIT, oui, mais en quelles proportions ?

Les scientifiques affirment que faire de l’exercice trois à cinq fois par semaine pendant 30 à 60 minutes (par séance) a un effet positif sur la régulation de l’humeur, notamment pour les personnes qui souffrent de dépression ou de troubles mentaux similaires. Le type d’exercice pratiqué importe-t-il ? Que ce soit de la course à pied, de l’entraînement au poids du corps ou de la musculation, tant que l’intensité de votre séance reste élevée, les effets positifs sur votre humeur seront équivalents et votre bien-être mental s’améliorera.

Qu’entendons-nous par « haute intensité » ?

L’intensité dont nous parlons se résume à votre fréquence cardiaque exprimée en nombre de battements par minute (bpm) lorsque vous faites de l’exercice. Au cours des séances d’entraînement de haute intensité, vous devriez atteindre jusqu’à 85 % de votre fréquence cardiaque maximale. Comment la calculer ? Prenez simplement le nombre 220 et soustrayez-y votre âge. Le résultat correspond à votre fréquence cardiaque maximale. Par exemple, celle d’une personne de 35 ans serait de 185 bpm, et 85 % de celle-ci correspondrait alors à environ 157 bpm. Il vous est possible de mesurer votre fréquence cardiaque durant un entraînement. Pour cela, regardez une horloge pendant 10 secondes tout en prenant votre pouls au niveau de votre poignet. Puis, multipliez le nombre obtenu par six pour connaître votre fréquence cardiaque actuelle.

L’entraînement HIIT avec Freeletics

Si vous êtes à la recherche d’un entraînement par intervalles de haute intensité qui vous permettra de surmonter la déprime hivernale, Freeletics est exactement ce qu’il vous faut. De la course par intervalles à l’entraînement au poids du corps-en passant par la musculation, l’intensité sera élevée. Ne laissez ni l’obscurité, ni votre mauvaise humeur ou celle des autres, vous empêcher de vous entraîner. Faire le premier pas sur le terrain d’entraînement est toujours difficile, mais après quelques minutes, vous vous sentirez déjà beaucoup mieux. Et le pic d’endorphine que l’on ressent après l’entraînement est assurément plus puissant que la déprime hivernale !