Chaleur, froid, altitude – Faire du sport dans des conditions extrêmes

MG 22651

Nous savons tous ce que l’on ressent après un dur exercice physique : une sensation de brûlure au niveau des muscles. Chaque partie de notre corps nous fait mal. Nous transpirons. Les exercices physiques peuvent être durs et pénibles. Nous repoussons nos limites à l’extrême. Mais même si l’on donne le meilleur de nous-même, notre performance n’est jamais la même. Pourquoi ? Et bien, non seulement notre santé physique et mentale a des répercussions sur notre performance, mais les facteurs environnementaux jouent également un rôle primordial dans notre entraînement. Qu’arrive-t-il donc exactement à notre corps lorsqu’il fait chaud, lorsqu’il fait froid ou lorsque nous sommes en altitude ? Pouvons-nous nous adapter à ces conditions ? Et en quoi cela affecte-t-il notre performance ? Vous trouverez dans cet article des informations pour vous entraîner lorsqu’il fait chaud, lorsqu’il fait froid ou lorsqu’il vous vous trouvez en altitude.

Lorsqu’il fait chaud

Qu’arrive-t-il à votre corps ?

Lorsque vous vous entraînez alors qu’il fait extrêmement chaud, vous produisez de plus en plus de chaleur, ce qui stresse votre corps. En règle générale, il existe deux types de stress thermique : le stress thermique, que notre corps peut compenser par la dissipation thermique, et le stress thermique non-compensable.

Qu’est-ce que cela signifie pour votre performance physique ?

Tant que la température reste dans la mesure du raisonnable, votre corps peut neutraliser l’augmentation de la température corporelle en produisant de la sueur. Grâce à l’évaporation de la sueur, la chaleur est transférée dans l’environnement. La régulation d’une production accrue de chaleur peut également se faire grâce à la distribution du sang dans l’organisme. Dans ce cas, la chaleur est transportée par le sang vers la couche externe de la peau, lui permettant de se rafraîchir.

Pour le stress thermique non-compensable, le corps ne peut plus compenser l’augmentation de la température corporelle via la dissipation thermique nécessaire. Ceci crée une augmentation de la température corporelle, qui au bout du compte vous mène à une mauvaise performance sportive. Quels que soient vos efforts, vous ne serez tout bonnement pas au mieux de votre forme dans de telles conditions.

Comment votre corps s’adapte-t-il ?

Bonne nouvelle : lorsque vous vous entraînez longtemps dans des conditions de chaleur extrême, votre corps à le temps de s’y adapter. La production de sueur permet à votre température corporelle de baisser, ce qui diminue votre rythme cardiaque. Ces sont ces facteurs qui ont un impact positif sur vos performances à l’entraînement.

Lorsqu’il fait froid

Qu’arrive-t-il à votre corps ?

Des températures extrêmement basses peuvent également stresser votre corps. Le corps régule la contraction et la dilatation des vaisseaux sanguins afin que vous perdiez le moins de chaleur possible. Pour augmenter la production de chaleur, votre corps développe des « tremblements musculaires ».

Qu’est-ce que cela signifie pour votre performance physique ?

La baisse de la température corporelle a des répercussions sur le fonctionnement de vos muscles et de votre cœur. Tandis que votre corps se refroidit, vos performances diminuent.

À propos : certains facteurs physiques peuvent également avoir des répercussions sur la performance individuelle lorsqu’il fait extrêmement froid. La quantité de graisse corporelle est un bon exemple. Plus votre corps possède de graisse, plus il peut vous fournir de l’énergie lorsqu’il fait froid. La graisse agit comme un isolant et protège votre corps de l’hypothermie.

Comment votre corps s’adapte-t-il ?

Bonne nouvelle : votre corps est également capable de s’adapter au froid. Cependant, dans ce cas, l’adaptation est plus lente et moins prononcée que l’adaptation à la chaleur.

Lorsque vous vous trouvez en altitude

Qu’arrive-t-il à votre corps ?

Lorsque vous vous entraînez à une altitude élevée, vous n’aurez pas la même quantité d’oxygène que celle présente au niveau de la mer. Alors que l’altitude augmente, la proportion d’oxygène diminue au fur et à mesure que l’air devient moins comprimé, c’est-à-dire au fur et à mesure que l’air se raréfie.

Qu’est-ce que cela signifie pour votre performance physique ?

La diminution de l’oxygène dans votre corps affectera vos globules rouges. Lorsque vous absorbez moins d’oxygène, la saturation en oxygène de votre corps diminue. Et étant donné que l’oxygène est un facteur très déterminant, surtout pour les performances d’endurance, il en résulte une diminution de performance lorsque l’exercice est réalisé en altitude.

Comment votre corps s’adapte-t-il ?

Bonne nouvelle : vous pouvez même vous adapter à cette situation ! Ce qui est connu sous le nom d’érythropoïèse joue un rôle clé. Cela fait référence à la formation accrue de globules rouges, ce qui permet à votre corps d’absorber plus d’oxygène et de le transporter vers divers tissus. Augmenter le temps de l’exercice à haute altitude augmentera la capacité d’endurance.

Si vous ne réussissez pas à battre votre Personal Best (PB) ou votre Last Time (LT), votre performance ne témoignera pas toujours du temps que vous avez passé à vous entraîner. Les conditions environnementales jouent elles aussi un rôle. Le principal est de vous assurer d’avoir tout donné. Et puis : pour tous les exercices physiques que vous réalisez dans des conditions extrêmes, vous devez toujours garder à l’esprit que chaque corps est différent et par conséquent ne réagit pas de la même façon face à ces situations. Faites ce que vous pouvez. Écoutez votre corps. Et atteignez vos objectifs.