Pourquoi « hiver » est synonyme de prise de poids

Header 3

Soyez honnête : quelle est la véritable raison pour laquelle vous portez ce pull large et bouffant tout l’hiver ? Est-ce pour vous réchauffer ou plutôt pour cacher ces kilos supplémentaires ? N’ayez pas honte, car vous n’êtes pas seul(e) dans ce cas. Une étude réalisée sur 315 personnes a montré qu’en automne et en hiver, ces dernières avaient consommé, en moyenne et par jour, 222 calories de plus qu’au printemps. Pour quelle raison ? Une chose est sûre. Ce n’est pas entièrement dû aux biscuits supplémentaires disponibles à cette époque de l’année.

Raison n°1 : plus de graisse = plus de chaleur

Les scientifiques pensent que notre corps est génétiquement prédisposé à constituer des réserves de graisse à cette période de l’année. C’est en quelque sorte une méthode de survie qui permet de nous protéger du froid et de prévenir le manque de nourriture lorsque l’hiver se fait plus rigoureux. Mais cette excuse est-elle valable ? Nous ne sommes pas de cet avis. De nos jours, la température de notre environnement est habituellement chauffée et stable. De plus, nous n’avons pas de soucis à nous faire concernant le manque de nourriture, car la plupart d’entre nous ne vont plus à la chasse pour rapporter à manger. Alors dites à votre organisme de se calmer et restez maître des quantités que vous consommez.

Raison n°2 : vous êtes déshydraté(e)

Croyez-le ou non, nous transpirons autant en hiver que pendant les autres saisons, que ce soit en été ou au printemps. À cause de la chaleur sèche des radiateurs et de toutes les couches de vêtements supplémentaires que nous enfilons, notre corps peut très facilement se déshydrater. Et lorsqu’il l’est, la sensation que nous éprouvons est alors très similaire à celle de la faim et souvent confondue avec celle-ci.

Raison n°3 : vous souffrez de TAS

L’hiver peut donner le cafard ou, pire encore, provoquer des troubles affectifs saisonniers (TAS). C’est un type de dépression qui, généralement, affecte les gens en cette période froide, sombre et morose. En voici quelques symptômes : profonde tristesse, irritabilité, manque d’intérêt pour les activités sociales, incapacité à se concentrer et fatigue extrême. Tout ceci est réputé augmenter nos envies d’aliments réconfortants et encore plus riches en calories, et ce, dans le but de nous sentir mieux et d’améliorer notre humeur. Ce trouble peut également nous rendre paresseux et nous faire négliger notre entraînement.

Raison n°4 : mais bien sûr, les biscuits de Noël n’y sont pas pour rien non plus

Nous avons déjà mentionné qu’un Américain prend en moyenne 1,5 à 2,5 kg entre Thanksgiving et le Nouvel An. C’est la saison de la bonne nourriture et rien n’est plus difficile que d’éviter les nombreuses tentations malsaines, que ce soit au travail, au marché de Noël ou lors de votre fête de famille. Nous savons que ce sont toutes ces friandises sucrées qui rendent Noël aussi spécial, mais n’en faites pas une excuse pour autant. Laissez de côté votre tendance à manger à l’excès en optant pour des gourmandises sans sucre et des aliments sains susceptibles de vous rassasier, et en ayant une pensée pour votre appareil digestif avant de vous resservir.

Ne stressez pas...

Tout le monde aime Noël, mais nous ne pouvons nier que c’est une période stressante. Il y a tellement de choses à faire et peu de temps pour se détendre que cette période de fin d’année est une véritable bombe à retardement. Et le stress n’arrive jamais seul : les grignotages émotionnels apaisent nos nerfs et arrêtent le temps pendant une fraction de seconde. Déclenchée par nos propres émotions et décuplée par les hormones du stress, la faim nous assaille ardemment et, comme c’est l’hiver, nous avons tendance à manger encore plus pour la satisfaire. Mais n’oubliez pas que faire du sport et prendre soin de votre santé sont les meilleurs moyens de lutter contre le stress.