Les difficultés de l’entraînement postnatal : L’histoire de Jenny

Header JennysStory

En plus de modifier considérablement votre corps, avoir un bébé affecte également votre routine quotidienne. Parmi les principales difficultés rencontrées par les nouvelles mamans, on retrouve notamment le manque de sommeil et de temps ainsi que l’impossibilité d’avoir un planning fixe. Lorsque Jenny Bix, Ambassadrice Freeletics, a eu son bébé en septembre 2016, elle a dû faire face à toutes ces difficultés. Mais s’est-elle pour autant laissée décourager ? Absolument pas. Voici son histoire.

En tant qu’Ambassadrice Freeletics, l’entraînement est devenu partie intégrante de mon mode de vie et de ma routine quotidienne. Toutefois, durant ma grossesse, j’ai pris la décision difficile d’interrompre mon entraînement régulier, car je ne connaissais pas les dangers de certains exercices pour le fœtus. Même si pour maintenir ma forme physique mon médecin m’a autorisée à en pratiquer quelques-uns dits de faible impact, j’ai décidé d’attendre d’avoir accouché pour reprendre l’entraînement. Je savais que j’aurais du pain sur la planche pour retrouver le niveau de forme physique que j’avais avant ma grossesse, mais j’étais heureuse de relever ce défi.

Dix semaines après mon accouchement, j’ai commencé à suivre des cours de fitness postnataux. J’ai fait du yoga pour me muscler et renforcer mon buste, et quatre mois plus tard, j’ai repris Freeletics. Bien sûr, j’ai attendu le feu vert de mon médecin avant d’affronter à nouveau les Divinités et j’ai dû modifier un certain nombre d’exercices, mais c’était déjà un début. À présent, je vis au jour le jour et j’écoute attentivement mon corps avant de décider de repousser ou non mes limites.

Je n’ai jamais manqué de motivation. Avant de tomber enceinte, j’aspirais fortement à devenir la meilleure version de moi-même et malgré l’interruption temporaire de mon entraînement intensif, ma détermination est restée intacte après mon accouchement. Je voulais vraiment retrouver le niveau de forme physique que j’avais avant de tomber enceinte, car mon corps a subi tellement de changements durant la grossesse. Et puis je voulais également prendre soin de moi. Devenir maman pour la première fois peut être stressant et fatigant à certains moments, c’est pourquoi je pense qu’il est d’autant plus important de trouver une activité permettant d’évacuer tout ce stress.

Mais malgré ma motivation, je dois reconnaître que j’ai eu du mal à reprendre mon entraînement. Ma plus grosse difficulté a été (et est toujours) le manque de temps. Je continue à planifier mes séances et mes exercices, mais ce n’est plus aussi simple qu’auparavant. Il est difficile de prévoir une journée type lorsque l’on a un bébé puisqu’il n’y a pas de schéma prédéfini. Cependant, l’entraînement Freeletics est parfaitement adapté à ma situation, car il me permet de m’entraîner n’importe où, n’importe quand et est suffisamment flexible pour répondre à mes besoins. J’essaie de m’entraîner soit lorsque mon bébé dort, soit lorsque je sors me promener, mais chaque jour est différent. Je pense que le secret de la réussite consiste ici à être flexible et à simplement utiliser au mieux, et le plus efficacement possible, le temps dont nous disposons.

La chose la plus importante qu’une nouvelle maman doit retenir, c’est qu’il faut qu’elle se laisse du temps pour retrouver le niveau de forme physique qu’elle avait avant sa grossesse. N’essayez pas de comparer vos résultats actuels avec vos anciens PB, mais concentrez-vous plutôt sur la personne que vous êtes à présent ! Croyez en vous et soyez la femme qui a décidé d’aller de l’avant.

N’oubliez pas de toujours consulter votre médecin avant de poursuivre votre entraînement durant votre grossesse.