S’entraîner intelligemment durant la grossesse : L’histoire de Denise

Originaire de Jakarta, capitale indonésienne située sous les tropiques, Denise Spiegel (33 ans) est une Athlète Libre de longue date qui dépend de son entraînement Freeletics pour rester en forme, en bonne santé et garder les pieds sur terre. Lorsqu’elle a appris au mois de juillet 2016 qu’elle était enceinte, rien n’aurait pu lui faire plus plaisir. Cependant, elle ne se voyait pas non plus renoncer à son entraînement et perdre tous les résultats qu’elle avait si durement obtenus. Elle a donc décidé de trouver un équilibre entre une grossesse saine et un entraînement régulier. Car après tout, un(e) véritable Athlète Libre cherche des solutions, pas des excuses.

La nouvelle de ma grossesse a fait de moi la personne la plus heureuse au monde. Mais j’ai également réalisé que ce n’était pas une excuse pour cesser de m’entraîner ! Ma sage-femme m’a notamment encouragée à continuer – autrement, comment aurais-je été capable de gérer l’accouchement ? J’ai donc poursuivi mon entraînement. J’ai fait en sorte de surveiller ma fréquence cardiaque pour m’assurer qu’elle n’excédait pas 150 bpm et ainsi réduire tous les risques. J’ai également modifié certains exercices qui me paraissaient dangereux pour le fœtus et en ai banni d’autres, tels que les Jackknives et les Pistols. Mais dans l’ensemble, j’ai respecté mon entraînement Freeletics durant tout le premier trimestre.

content2_denisesstory

Au début du deuxième, j’ai commencé à adapter mes séances en fonction de ma transformation physique. J’avais lu des choses concernant un trouble appelé diastasis des grands droits, qui se traduit par la séparation des deux parties des muscles abdominaux durant la grossesse. Bien que cette séparation soit normale dans une certaine mesure, quelques exercices peuvent cependant l’aggraver, comme les Situps, les Crunches, les Frontal Planks, les Pushups et les Straight Leg levers. J’en ai donc modifié une partie pour les effectuer en étant surélevée et ainsi réduire la tension exercée sur mes muscles abdominaux. J’ai également remplacé certains exercices très intenses, comme les Jumping Jacks et les Burpees, par des versions moins exigeantes, telles que des Elevated/Wall Pushups, 30 secondes de Wall Sit ou des Side Step Jacks. Ces adaptations m’ont permis de continuer à m’entraîner avec Freeletics 3 à 4 fois par semaine tout en respectant ma semaine du Coach. Heureusement, mon programme comportait nombre d’exercices relativement doux, tels que les Squats et les Lunges, me permettant ainsi de continuer à les effectuer normalement, sans avoir à les modifier.

content4_denisesstory

Même si je ne pouvais pas me donner à fond comme j’avais l’habitude de le faire avec Freeletics, le fait de m’entraîner régulièrement m’a permis de gérer plus facilement ma transformation physique. L’augmentation de la taille de mon ventre et ma prise de poids ne m’ont jamais handicapée dans ma vie quotidienne et, après la naissance, j’ai rapidement retrouvé une taille convenable. Il faudra encore un peu de temps pour que je récupère le corps que j’avais avant de tomber enceinte, mais j’espère que les 6 semaines de récupération qui m’ont été prescrites passeront à toute vitesse. En attendant, je prévois de n’effectuer que de petits exercices ainsi que certains intervalles du Coach comportant des mouvements travaillant le plancher pelvien, des Squats, des Hip Raises, des Calf Raises et des Wall Pushups, puisqu’ils ne sollicitent pas mon corps de manière excessive.

content3_denisesstory

Durant ma grossesse, je n’ai jamais pensé une seconde à abandonner mon entraînement. Bien sûr, c’était parfois difficile, mais je me sentais vraiment pleine d’énergie, en forme et heureuse. Mon mari et la Communauté Freeletics m’ont toujours motivée à persévérer, à tel point que je n’ai jamais considéré l’abandon comme une option.

content5_denisesstory

J’espère que mon histoire inspirera d’autres futures mamans à rester actives durant leur grossesse. Le plus important consiste à toujours écouter son corps et à adapter en conséquence l’activité physique pratiquée. Vous êtes la seule à savoir ce dont vous êtes capable, mais si vous vivez au jour le jour et que vous acceptez les changements que votre corps subit, vous en sortirez grandi.

content1_denisesstory

N’oubliez pas de consulter votre médecin avant de continuer votre entraînement durant votre grossesse.


blog
1
2
3
post